L’intersyndicale a écrit au président du groupe Keolis.
Le CSE, tel qu’il est proposé par Keolis TBM, ne permettra pas aux représentants du personnel de faire un suivi correct de la vie dans notre entreprise. Cette baisse du nombre d’élus ne peut à court terme que mettre en danger nos conditions de travail, notre rémunération, et les œuvres sociales. Rappelons que l’instance du Comité d’Entreprise a été créée après la seconde guerre mondiale pour que les ouvriers puissent avoir un regard sur le fonctionnement économique des grandes entreprises, qui dans un souci de rentabilité, avaient collaboré avec l’Allemagne Nazi. Aujourd’hui, les raisons sont différentes mais la voracité des actionnaires n’est en rien différente des grands patrons d’hier. Diminuer les représentants du personnel est la porte ouverte à la destruction de ce qui a été conquis ces dernières décennies.
Le secrétaire  CGT du comité de groupe Europe Keolis a également écrit à M Farandou en soutien à notre démarche.