On comprend mieux pourquoi le secrétaire général de FO Mailly estimait qu’il avait pu négocier pendant l’été, qu’il avait été entendu et donc que les ordonnances avaient été “améliorées”