Publié le 29/05/2015 à 03h50 , modifié le 29/05/2015 à 08h47 par aude boilley
Les trams et bus sont partiellement en grève aujourd’hui et demain. Le soir, la desserte de la fête du fleuve sera également perturbée.
Les bus et trams perturbés à Bordeaux : les agents s’inquiètent de leur rôle accru dans la validation
La fraude représente un manque à gagner de sept millions d’euros pour la collectivité.Les bus et trams perturbés à Bordeaux : les agents s'inquiètent de leur rôle accru dans la validation
© ARC. s. lARTIGUE
Que ceux qui avaient prévu d’aller applaudir Cali, ce soir, et Charlie Winston, demain, dans le cadre de la fête du fleuve soient prévenus. Mieux vaut prendre sa voiture pour espérer pouvoir repartir après les concerts. Si s’y rendre en tram ou en bus sera possible, en repartir de la même façon sera impossible. La raison, un mouvement de grève qui perturbe la circulation des trams et des bus aujourd’hui et demain.

De façon unitaire, les syndicats ont lancé à un appel à la grève. En cause, la décision de la direction de Keolis Bordeaux, qui gère le réseau TBC pour le compte de Bordeaux Métropole, de demander aux chauffeurs de bus de rappeler les règles de validation des titres de transport aux usagers. Dans le jargon de l’entreprise, cela s’appelle, la validation encouragée à l’entrée (VEE). Ce refus avait déjà conduit les agents à faire grève le 2 mars.

Concrètement, lorsqu’un passager monte dans le bus et ne valide pas son ticket, le conducteur doit lui rappeler les règles et qu’il s’expose à des contrôles. « Il y a deux ans, nous avons d’abord travaillé sur l’accueil des clients à bord. Désormais, nous leur demandons d’être en règle. Cette lutte contre la fraude doit concerner tout le personnel de l’entreprise. On ne peut pas comprendre qu’une catégorie de salariés, en contact avec la clientèle ne le fasse pas. La lutte contre la fraude fait partie des objectifs écrits du contrat qui nous lie avec la Métropole », plaide Hervé Lefèvre, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole.
Sur le même sujet : Sujets sensibles au menu de Bordeaux Métropole

Selon l’entreprise, la fraude représente 11,2 % de la fréquentation et 7 millions d’euros de manque à gagner.

Expérimentée depuis janvier

De leur côté, les syndicats qui martèlent « être pour la lutte contre la fraude » demandent davantage de moyens humains, notamment du côté des contrôleurs. « Quatorze controleurs-conducteurs seront embauchés d’ici septembre », apprend Hervé Lefèvre.

La validation encouragée est expérimentée depuis janvier sur douze lianes.

La VEE, qui n’est pas « imposée aux conducteurs mais qui fait partie de leur mission », est expérimentée depuis janvier sur douze lianes. La direction souligne des « résultats assez probants », les représentants du personnel, eux, contestent ces bons résultats. Ils prendront la parole ce matin dans le hall de l’hôtel de Métropole .