Quelques surprises pour moi, et vous?

Chronologie

États et territoires pionniers (avant le XXe siècle)

Avant le XXe siècle, quelques pays accordent partiellement ou provisoirement le droit de vote aux femmes :

Avant 1900, d’autres entités territoriales, infra-nationales, non étatiques ou non reconnues, ont également précédé de nombreux pays :

Chronologie depuis 1900

Le droit de vote est progressivement accordé aux femmes dans la majorité des pays à partir du début du XXe siècle (liste non exhaustive après 1940) :

  • 1901 : l’Australie, suite à son unification et indépendance, étend les droits de vote et d’éligibilité des femmes, obtenus auparavant en Australie-Méridionale, à tout son territoire (exercé pour la première fois pour les élections fédérales en 1902), sauf en Tasmanie (1903). Toutefois, ce droit ne s’applique alors qu’aux femmes blanches ; les femmes aborigènes, notamment, en sont exclues15,16. Quatre femmes se portent candidates lors des élections législatives fédérales australiennes de 1903, mais aucune n’est élue16.
  • 1906 : la Finlande adopte le suffrage universel, sans restrictions sexuelles, sociales ni raciales, pour l’élection du Parlement (avec éligibilité égale des femmes et des hommes), le suffrage universel est également adopté en 1906 aux Nouvelles-Hébrides (id.)17 ; Les élections législatives finlandaises de 1907 sont les premières au monde où des femmes (au nombre de dix-neuf) sont élues députées18,15.
  •  : Norvège19 ;
  • Pendant la Première Guerre mondiale, les femmes du Manitoba (Province du Canada) qui sont mariées à des soldats ou des marins deviennent les premières canadiennes à disposer du droit de vote, droit que, au moins en théorie, elles ont exercé au nom de leurs maris
  • 1915 : Danemark (y compris Islande)20 ;
  • 1918 :

Deux pays sont dans des situations particulières :

  • au Brunei, il n’y a pas d’élections, et les femmes sont donc privées du droit de vote au même titre que les hommes ;
  • au Vatican, l’accès au collège électoral (Conclave) est réservé aux prêtres et comme l’église catholique romaine n’ordonne pas de femme, elles sont de facto privées du droit de vote.