SUD OUEST
Il y a 70 ans, les Françaises votaient pour la première fois

Publié le 25/04/2015 à 09h46 , modifié le 25/04/2015 à 10h05 par Marjorie Michel
Le 29 avril 1945, les femmes françaises obtenaient le droit de vote. Retour sur ce moment historique à travers deux témoignages

Il y a 70 ans, les Françaises votaient pour la première fois
Il y a 70 ans, les Françaises votaient pour la première fois
Photo prise le 29 avril 1945 de femmes qui votent pour la première fois lors du premier tour des élections municipales à Paris. C’est en 1944, sous De Gaulle, que l’Assemblée Consultative d’Alger adopte le principe du droit de vote des femmes qui leur a été accordé par l’ordonnance du 21 avril 1944. Le 29 avril et le 13 mai 1945, les Françaises votent pour la première fois, lors d’élections municipales, rattrapant un retard pris sur les alliés occidentaux
© AFP

Le 21 avril 1944, l’ordonnance d’Alger, prise par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, à la suite d’un amendement du communiste Fernand Grenier, accorde le droit de vote et d’éligibilité aux femmes, presque un siècle après les hommes. Elle stipule que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Deux ans et demi après, le préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 inscrit ce principe dans les principes fondamentaux de la République : « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux des hommes. »

 

Le premier vote des Françaises a lieu le 29 avril 1945 pour les élections municipales. Cela faisait huit ans que les citoyens n’avaient pas accompli leur devoir démocratique. À l’époque, plusieurs femmes sont élues maires, notamment aux Sables-d’Olonne, en Vendée, ou à Villetaneuse, aujourd’hui Seine- Saint-Denis. Mais leur représentativité reste marginale, seules 3 % d’entre elles deviennent conseillères municipales en 1945.

Dans son édito en première page de « Sud Ouest », le 28 avril 1945, veille du scrutin, Jacques Lemoîne donne le ton :

« Le coeur n’y est pas. Est-ce l’absence encore de tant de membres de la grande famille française, les difficultés matérielles qu’on sait que cette consultation ne peut résoudre à elle seule, une certaine prostration morale due à tant d’épreuves accumulées, ou un scepticisme désabusé produit par le souvenir des stériles luttes politiques de jadis et par ce déboulonnage successif des idoles que les événements, iconoclastes impitoyables, nous ont donné pour spectacle ? […] Que cela plaise donc ou non, le devoir est de voter. »

L’édito de Jacques Lemoîne relatif aux élections municipales et au premier vote des femmes
© Photo Reproduction de la Une de “Sud Ouest” du 28 avril 1945

Et c’est ce que fait pour la première fois Simone Lahitette, 91 ans, dans sa commune de naissance, à Gelos, en Béarn.

Simone Lahitette
© Photo DR

Quand elle se rend aux urnes, elle a à peine 21 ans, l’âge de la majorité à l’époque. C’est par voie de presse qu’elle apprend la nouvelle. La mairie a établi les listes électorales et a distribué à chacune sa carte d’électrice. Elle a ressenti une certaine fierté quand elle a déposé son bulletin dans l’urne. Les élections se sont déroulées tout à fait simplement, l’ambiance du bureau de vote était agréable. Tout son entourage a bien réagi à l’annonce du droit de vote des femmes. L’atmosphère et le ressenti sont identiques pour les élections suivantes. Quand on lui demande quel message elle souhaiterait faire passer à la nouvelle génération de femmes, elle répond :

« Je leur dirais qu’il faut absolument faire son devoir de citoyenne. Pour ma part, je n’y ai jamais manqué. »

Annie Boussemart Lemaire témoigne pour sa grand-mère décédée :

« Ma grand-mère a voté ce jour-là. Elle avait alors 43 ans. Elle a toujours été, depuis lors, la première à voter dans son village, à 8 heures du matin. On imagine sa frustration de ne pas avoir pu voter auparavant… Elle m’a transmis par son exemple l’importance de remplir ce devoir, et pourquoi pas le rendre obligatoire… Je vois là l’importance de l’enfance, de l’éducation, de la famille dans la vie d’un être humain. »

Chaque vote de citoyenne est un hommage aux suffragettes qui se sont battues pour défendre le droit des femmes.

Photo de femmes votant lors du référendum du 21 octobre 1945. Le Oui est majoritaire aux deux questions, abandon de la constitution de 1875 et maintien du gouvernement de Gaulle tant que siègera la Constituante. Les communistes sortent grands vainqueurs de l’élection de l’Assemblée constituante en remportant 26,2 % des suffrages. Les femmes ont voté pour la première fois lors du premier tour des élections municipales du 29 avril 1945. Le droit de vote leur a été accordé par l’Assemblée consultative provisoire en mars 1944 à Alger.