À Rouen, trop de risques avec les vélos : des chauffeurs de bus refusent de rouler

Jeudi 23 avril 2015, le CHSCT de la TCAR, à Rouen, a émis un “avis de danger grave et imminent”. En cause : un nombre trop important de vélos qui utilisent les voies de Teor.

Mise à jour : 23/04/2015 à 12:04 par Fabien Massin

Par souci de sécurité, jeudi 23 avril 2015, les bus Teor n'empruntent plus les voies qui leur réservées, comme ici rue d'Alsace-Lorraine.
Par souci de sécurité, depuis le jeudi 23 avril 2015, les bus Teor n’empruntent plus les voies qui leur sont réservées, comme ici rue d’Alsace-Lorraine. (Illustration : Flickr/Cc/Frédéric Bisson)

À voir aussi :
Faire du vélo à Rouen ? Mission parfois délicate !
À Rouen, après les automobilistes dangereux…les cyclistes inconscients

Jeudi 23 avril 2015, à Rouen (Seine-Maritime), le trafic sur les lignes de bus Teor (Transport est ouest rouennais) T1, T2 et T3 est perturbé. Les lignes ne passent plus par l’hyper centre-ville, rive droite, mais sont déviées par les quais entre le boulevard des Belges et l’arrêt Martainville.

Motif ? Le CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) de la TCAR (les transports en commun de l’agglomération de Rouen) a émis un « avis de danger grave et imminent ». En cause : le nombre trop élevé de vélos qui empruntent les voies de bus réservées aux Teor, créant par là de graves problèmes de sécurité.

En conséquence, les chauffeurs de bus refusent de rouler sur ces voies. Pour les usagers, la situation s’avère compliquée, avec de nombreux arrêts supprimés, en plein cœur de ville, et des trajets déviés.

Les collectivités alertées

La question n’est pas nouvelle, et ces derniers mois, les frictions entre les bus et les vélos ont été nombreuses. À la direction de la TCAR, on met les collectivités devant leur responsabilité : « Nous avons alerté à plusieurs reprises les autorités compétentes à ce sujet, Métropole, Ville etc. » En tout état de cause, si le problème soulevé n’est pas nouveau, c’est la première fois que le CHSCT prend la décision d’émettre un tel avis, de « danger grave et imminent ».