Sud Ouest

Publié le 24/04/2015 à 04h51 , modifié le 24/04/2015 à 08h31 par Willy Dallay
L’extension de la ligne B a pris au moins un mois de retard. Des soucis de signalisation empêchent de donner le feu vert.
Pessac : un mois de retard pour le tram l’Alouette
La voie sert pour l’instant de « parking » aux techniciens chargés de résoudre les problèmes de croisement des rames.
© Photo W. D.
Pessac : un mois de retard pour le tram l’Alouette

Hier soir, l’automobiliste qui avait garé sa voiture sur les rails de l’extension du tram à Pessac savait qu’il ne risquait pas de bloquer le passage d’une rame. Il s’affairait sur une armoire électrique. Ce sont justement des problèmes de signalisation qui empêchent de donner le feu vert à la mise en service qui devait avoir lieu ce mois d’avril.

Publicité

« Je ne peux pas donner de date, mais cela devrait fonctionner dans un mois entre le 15 et le 20 mai », précise Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole chargé des transports. « On a d’abord réglé les problèmes des terminus partiels et des autres extensions. Maintenant, on va se consacrer à celle-ci. »

« On préfère retarder l’inauguration qu’inaugurer avec un accident »

C’est la plus complexe avec 3,5 km en voie unique, 5 stations et 9 aiguillages. Les croisements doivent donc être réglés comme un ballet. « On préfère retarder l’inauguration qu’inaugurer avec un accident », confie, pragmatique, Éric Martin, premier adjoint au maire de Pessac. « Je dois avoir une réunion avec les services de la Métropole pour voir où ils en sont. Je sais qu’ils ont dû rouvrir des boîtiers. » Pas plus tard qu’hier.

C’est la plus complexe avec 3,5 km en voie unique, 5 stations et 9 aiguillages

Suite aux premières « marches à blanc », des câblages ont dû être refaits. Les essais reprendront la semaine prochaine. De leurs résultats dépendra la mise en service… qui elle-même conditionne le lancement du terminus partiel entre Bordeaux et le campus. À l’inverse, la signalisation sur ce tronçon bénéficiera de l’expérience des autres terminus partiels mis en place sur le réseau. C’est donc un tram à trois fréquences qui circulera à Pessac : élevée jusqu’au campus, moyenne jusqu’à Bougnard, plus faible après la division en deux antennes : gare de Pessac et extension vers l’Alouette, par Bersol, Cap métiers, le lycée Philadelphe-de-Gerde, les CHU Haut-Lévêque et Xavier-Arnozan, la gare de l’Alouette… La voie unique ne devrait pas chômer.