Bordeaux, avril 2012. - Circulation a Bordeaux, tramway, bus, voitures, velos. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, avril 2012. – Circulation a Bordeaux, tramway, bus, voitures, velos. – Photo : Sebastien Ortola – S. ORTOLA / 20 MINUTES

Mickaël Bosredon

«Le maire de Bordeaux sera très vigilant quant à la mise en service des terminus partiels.» Voilà le PDG de Keolis, Jean-Pierre Farandou, averti. Et Alain Juppé d’enfoncer le clou: «J’espère que le degré de paralysie que ce changement va créer dans le centre de Bordeaux sera supportable.»

Que sont les terminus partiels? Il s’agit de stations créées au milieu des trois lignes existantes, permettant d’injecter davantage de tramways dans le centre de Bordeaux, où la fréquentation est la plus importante, et donc de désaturer les rames. Cette innovation majeure pour le réseau de tramway de l’agglomération, qui entrera en service le 26 janvier 2015.

«Le feu sera rouge plus fréquemment pour les voitures»

«Le problème qui se pose, a expliqué Jean-Pierre Farandou, c’est de les répartir de manière harmonieuse. Car le risque, c’est de se retrouver avec des trams qui se suivent, puis tout à coup un grand trou, ce qui ne résoudrait en rien le phénomène des rames saturées. Il faut donc bien équilibrer l’espace entre les rames, tout en respectant les horaires en bout de ligne. Notre proposition, c’est une exploitation en baïonnette: un tram part de l’extrémité d’une ligne pour aller au centre, et il s’arrête au terminus partiel pour repartir à l’autre bout de la ligne. L’avantage de cette solution, c’est que cela fait des rotations moins longues, donc moins soumises aux aléas, comme un piéton qui traverse ou une voiture bloquée sur les rails.»

Mais la conséquence de cette nouveauté pourrait être payée au prix fort par les automobilistes. «Si la fréquence des rames dans le centre passe de 3 min 20 à moins de 3 min, le feu sera rouge plus fréquemment pour les voitures, a expliqué de son côté Alain Juppé. Nous avons pris un certain nombre de décisions pour gérer des carrefours sensibles, cours d’Albret, cours du Maréchal Juin, place Bir-Hakeim, rue de Cursol, cours Pasteur… La première période d’exploitation du 26 janvier jusqu’aux vacances de février sera déterminante, et il faudra réaliser une évaluation précise pour d’éventuelles modifications par la suite.»