Les élus CGT ont demandé un CHSCT extraordinaire qui s’est déroulé le 16 Mai sur les suites à donner à l’expertise faite par le cabinet INDIGO et les points énumérés dans le document ci dessous.  Kéolis s’en tient à l’analyse faite par SSTI qui ne cite à aucun moment le terme TMS et ne propose aucune action de fond qui pourrait diminuer notablement ce risque sur la santé.

Le secrétaire du CHSCT a proposé une intersyndicale qui se tient  jeudi 22 Mai pour faire des propositions à la direction pour un plan d’action.