Je roulais sur la C vers 16h, on m’a demandé de prendre un tramway  qui sortait du dépôt et qui venait de « réparation ». Le conducteur (un collègue sérieux, au tram depuis le début)) avait été obligé de dépréparer complètement la rame tellement de défauts s’affichaient. J’ai refusé de la prendre.  L’AM  m’a pris à part, m’a dit que je manquais de professionnalisme et qu’il allait rédiger un rapport.  Mais il ne  savait pas s’il allait le transmettre.  A 19h je lui demande ce qu’il en est. Il me répond qu’il va en référer à son supérieur hiérarchique  mais vu que la rame était tombée en panne à 18h il hésitait sur la décision de l’envoyer . Il devait me téléphoner dans la soirée. J’attends toujours le résultat.

 Pour résumer: un accident corporel quelques minutes avant de prendre mon service (à quand mon tour), une rame avec des alarmes sonores signalant plein de défauts, qui peut tomber en rade au premier virage si je la prends, un AM qui agite un rapport au dessus de ma tête avec une ligne C tendue comme un string en heure de pointe et j’ai eu un très bon cocktail pour conduire en toute sérénité.

Dans le UNIK de décembre 2013,  page 6, le premier des 5 axes du “Kéolife”: la satisfaction du client.

Elle est où la satisfaction du client avec une rame qui plante à 18 heure pour aller à la gare