La lutte contre la fraude, avec ses objectifs initiaux dans le contrat de DSP, a amené KEOLIS et CUB à évoluer sur la prise en compte d’une répartition de 40% de prévention contre 60% de répression dans le système de contrôle des titres de transports sur le réseau !!!

Cela a eu comme résultante que l’Entreprise ne soit plus taxée de la pénalité de 10 000€ mensuels car dans l’impossibilité dans le contexte actuel du service contrôle, notamment par ses effectifs de pouvoir atteindre les objectifs des différents réseaux et de l’objectif global !!!

–La partie prévention a fait notamment l’objet d’une quantification pour assurer une mesure à opposer aux élus communautaires !!!

Ce fut la mise en place de la VSE, binômes dédiés au contrôle, à la montée, d’un acquittement du titre de transport assurant sur le réseau une validation en augmentation !!!

–La partie répression fut dans la réorganisation des équipes contrôle dans l’UPA PACE avec notamment l’implication très forte dans ces équipes du service prévention/sécurité apportant une reconnaissance parmi les usagers mais assurément au détriment de la sécurité des conducteurs !!! les chiffres de 2010 à 2012 parlent d’eux-mêmes et ce n’est pas les 6 premiers mois de 2013 qui les démentent, au contraire !!!

 

Dans sa conception de l’évolution de la partie préventive du contrat, la Direction veut passer dans une deuxième étape et pour se faire lance l’incitation à la validation à l’entrée entièrement orchestrée par le conducteur appelée VEE !!!

Malgré les demandes des élus du CHSCT sur les risques encourus par les conducteurs et l’insuffisance des réponses apportées par la direction doublée de l’impossibilité d’avoir un retour d’expérience de quelque autre réseau sur la méthode, les élus ont convenu d’une expertise sur l’évaluation des risques sécuritaires et psychosociaux d’une telle mise en place !!!

 

Le rendu de l’expertise réalisée par le cabinet ORSEU ne permet pas aujourd’hui de pouvoir apporter une réponse fiable et sans ambigüité sur une sérénité dans l’accomplissement de son emploi de CR au bus et l’exécution de son contrat de travail !!!

 

Nous allons faire fi du flou artistique de l’interprétation jusqu’à un haut niveau de l’encadrement quant à la finalité de l’exercice, ses applications et ses conséquences sur notamment le « lâcher-prise » qui ne laisse pas place au quiproquo sur la prise en amont au sens pur et noble du terme !!!

Cela est encore plus problématique quant à la perception du volontariat à l’obligation !!!

Nous sommes donc confrontés à plusieurs facteurs d’interprétations à tous niveaux :

–La faculté du jugement de chacun face à une situation !!!

–La conception éthique de chacun sur la représentation à son poste de l’entreprise, de l’institution communautaire et du pouvoir que cela lui confère !!!

–Les ethnies ne risquent-elle pas de favoriser des discriminations en tous genres sur les jugements de valeurs entrainant des irréversibilités dans la « prise » ne laissant plus place à ce fameux « lâcher-prise » !!!

Enfin, nous sommes au regard de ces expositions dans un contexte dégradé qui ne peut favoriser la clémence des protagonistes sur des éventuelles « prises » et l’adhésion des salariés à une idéologie novatrice de la relation avec l’usager !!!

Cela doit assurément passer par autre chose que l’incitation à la validation et pour se faire par un accueil par le conducteur des usagers qui montent dans le bus !!!

Cet accueil, d’ailleurs indispensable dans les critères mesurant l’obtention de la norme NF, à gagner sur le réseau au même titre que la régularité, la ponctualité et le confort !!! A gagner d’ailleurs sur tout le réseau et non sur 90% de la population transportée que représente les lianes !!!

 

Cela pose clairement la problématique de la santé au travail de par les risques psychosociaux dont l’évaluation ne peut être faite et par conséquent ces derniers ne peuvent pas être appréhendés en amont pour les éviter ou du moins les atténuer, ce qui peut aussi entrainer la faute inexcusable de l’Employeur !!!

 

En conclusion, dans l’impossibilité de mesurer, quantifier, évaluer les risques qu’encourent les salariés et encore moins par l’intime conviction du Président du CHSCT sur la maitrise des risques, les élus du CHSCT se prononcent contre la mise en place de la VEE sur le réseau !!!

Nous demandons par la même la prise en compte de cette position qui est mesurée en fonction des risques et des conséquences d’une telle mise en œuvre et pour cela de mettre en place l’accueil dans le cadre de la norme NF, la VSE et le contrôle dans le cadre de la lutte contre la fraude et de se laisser un an avec des points réguliers !!!

 

Si telle décision de mettre en place la VEE était prise, malgré tout, sans tenir compte de nos propositions, les Organisations Syndicales déposeraient une alarme sociale dès les premières applications !!!

 

Les Elus du CHSCT

Déclaration des élus en séance CHSCT écrite et lue par Alain THOMAS