tram(photo archives stéphane lartigue)

Sud Ouest Publié le 12/01/2013 à 06h00 (conducteurs tram: vos commantaires sont les bienvenus sur la phrase en rouge ci-dessous)

Depuis fin 2010, les trams accèdent au compte-gouttes dans le quartier, au grand dam des habitants. Alain Juppé s’est rendu sur place hier pour réclamer une solution provisoire en attendant l’avis de la justice.

Aucun tram n’emprunte le pont principal ; la desserte du quartier en est réduite.

Alain Juppé va écrire à Vincent Feltesse. Pour lui dire l’urgence qu’il y a « à accélérer les travaux sur le pont tournant des écluses » sur lequel aucun tramway ne circule depuis septembre 2010.

À défaut d’une accélération de la procédure judiciaire en cours, le maire de Bordeaux va suggérer au président de la CUB « un aménagement léger pour l’amélioration de l’alignement des rails ». Se référant à des avis de techniciens et tout en les maniant « avec prudence », Alain Juppé pense qu’il n’est « pas impossible » que des trams franchissent le pont tournant.

« Je ne comprends bien les choses qu’en les voyant. » Accompagné de deux adjoints, Nathalie Delattre et Michel Duchène, le maire s’est rendu hier après-midi sur le site. Pour examiner l’écart entre les rails à leur jonction. Et pour écouter des riverains. Seul le second pont étant utilisé, une rame sur trois seulement traverse Bacalan et va au terminus de Claveau.

« On est obligé d’attendre un quart d’heure, parfois vingt minutes », déplore un riverain.

Certes, depuis janvier 2012, des navettes de bus relient les stations Bassins à flot et Claveau. Mais la dernière part à 19 h 30. Un habitant a suggéré la création d’une nouvelle station de VCub entre le pont et Claveau. Alain Juppé a promis d’en faire la demande à TBC.

Les vélos ne résoudront qu’une partie du problème dans ce quartier où les permis de construire fleurissent. « Il va falloir expliquer aux nouveaux arrivants que c’est bien d’être venus mais qu’ils vont être embêtés », ironise un habitant. La grogne ne date pas d’aujourd’hui. Début 2012, Vincent Maurin, conseiller municipal (PC) a écrit à Vincent Feltesse pour expliquer que la solution des navettes de bus n’est « pas complètement satisfaisante ». « Le problème est d’abord celui des fréquences, confirme-t-il, on met le manque de trams sur le dos des écluses ! »

En novembre dernier, l’élue socialiste Martine Diez, apprenant qu’une rame prévue pour Claveau s’arrêtait finalement aux Bassins à flots, s’est couchée sur la voie en signe de protestation.

L’origine des tracas techniques est connue. Elle est liée à la dilatation du pont, laquelle entraîne des écarts de 4 millimètres entre les sections de rail. Or, la marge tolérée est de 1 mm.

Ancien cheminot, conseiller général du canton, Philippe Dorthe (PS), juge la précaution trop forte. « Un décalage de 4 mm ne met pas en danger la sécurité des passagers, dit-il, par contre cela use prématurément les rails. » Selon lui, il serait possible d’adopter une « notice de sécurité provisoire » et de conseiller aux conducteurs de passer en « marche à vue ».

En apparence, personne ne semble favorable à une solution temporaire tant que l’expert judiciaire n’a pas rendu son avis sur les responsabilités. Or, le rapport ne sera publié qu’à l’été 2013. « Imaginez que la société qui a rénové le pont le conteste, demande une contre-expertise puis que la justice tranche et enfin que les travaux soient faits… cela peut encore prendre des mois », souligne Michel Duchène. Faisant allusion aux problèmes des débuts de la ligne A dans la côte des Quatre-Pavillons, Vincent Maurin rappelle : « La CUB n’a pas attendu la fin du recours pour faire des travaux ! » Le 29 octobre dernier, Vincent Feltesse s’était lui aussi rendu sur le pont tournant. À cette occasion, il avait annoncé la « relance » du dossier. Il a rappelé hier que les représentants de la Ville de Bordeaux ont « été systématiquement associés aux initiatives de la Communauté urbaine ». Et que les solutions permettant d’envisager une réouverture du pont principal aux tramways feraient l’objet de deux réunions très prochainement, le 15 et le 21 janvier.

Sans doute le vice-président de la CUB aimerait-il que ces solutions arrivent avant 2014.