Le 1 Mai 1886 aux États Unis, des travailleurs lors de leurs renouvellements de baux et contrats manifestent pour appliquer la journée des huit heures. De nombreuses grèves éclatent à cette occasion, le 3 Mai, lors de provocation policière, six morts et de nombreux blessés. Le lendemain 15 000 manifestants sont dispersés par la police. Une bombe éclate tuant 8 policiers. Huit condamnations à mort furent prononcées sans preuve, malgré les protestations du monde entier, six furent pendus le 11 novembre 1887.
Cette revendication des huit heures devient le cri de ralliement des militants.
En France au troisième congrès de la Fédération Nationale des Syndicats au Bouscat en Octobre 1888 une mention est adoptée :
-Limitation du travail de travail à huit heures, minimum de salaire, interdiction du marchandage, responsabilité des patrons en matière d’accidents, mise à la charge de la société de l’enfance, de la vieillesse et des invalides du travail…
-Les pouvoirs publics ayant toujours passé outre les réclamations isolées, il est décidé une forme collective pour donner de la force à ce mouvement d’ensemble. Il est décidé :
-Pour le dimanche 10 Février 1889 : tous les syndicats et groupes corporatifs d’ouvriers de France devront envoyer une délégation soit à la préfecture ou à la sous préfecture, soit à la mairie pour réclamer la limitation à huit heures travail journalier et la fixation d’un salaire minimum
-Pour le dimanche 24 février la même délégation retournera chercher la réponse appuyée autant que possible par une manifestation de la population entière.
En juillet 1889, à l’occasion du centenaire de la révolution française se tient à Paris un congrès qui regroupe Allemands et Français. Au vu du succès des démarches du mois de février, Raymond Lavigne, bordelais et secrétaire général de la FNS propose une manifestation internationale le 1 Mai. Après concertation avec les Allemands et les Américains, la date est adoptée.
Raymond Lavigne impulsera l’organisation des manifestations du 1 Mai.
En 1891, toutes les composantes ouvrières s’associent mais les pouvoirs publics décident la répression. A Bordeaux, les quatre lieux de rassemblements sont occupés par la police et la gendarmerie. Ils dispersent les manifestants. Mais à Fournies dans le Nord, l’armée tire, tue neuf personnes dont quatre jeunes hommes de 12 à 20 ans et quatre jeunes filles de 17 à 21 ans et blesse trente personnes.
La France entière et l’Europe sont indignées.
A partir de ce moment le 1 Mai devient le jour de ralliement universel de la classe ouvrière.
Raymond Lavigne né à Bordeaux en 1851 est aussi le fondateur de la bourse du travail en 1890 et du syndicat des tramways bordelais en 1891.
En ces temps ou tout ce que nos ainés ont mis en place (sécurité sociale, retraite, accords d’entreprise…..) est en passe d’être détruit par le monde du capital, la CGT vous invite à participer à cette manifestation du 1Mai et continuer ainsi, l’élan de lutte et de solidarité qu’à donner Raymond Lavigne.